Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Carole Chanter la vie


Prosper ou Quand le Talent s’en va
 

Il était une fois un Maître et ses serviteurs.
Au nombre de trois, ces derniers étaient forts différents ;
Les premiers de bonne volonté, intrépides, et cet autre,
Prosper, apeuré devant son Maître Tout Puissant.


Comment exister face à Celui qui a Tout entre ses mains
Comment satisfaire Celui dont vient tout contentement ?


Voilà qu’à l’heure des comptes, ayant confié ses biens,
Le Maître allait vérifier la capacité de ses protégés…
Cinq talents en avaient offert cinq autres au premier,
Et les deux talents du deuxième avaient été doublés.


Le talent unique confié à Prosper aurait suffi
Pour apprendre, grandir et assurer son avenir…


Mais Celui-ci s’effraya, « Maitre peut tout, que faire ? »
Soucieux, enterrant son talent, sans se prendre au sérieux,
Prosper s'en remit à la terre plutôt qu’au Ciel,
Oubliant sa vraie dimension et sa nature spirituelle


De crainte de ne pouvoir faire assez, d’être maladroit,
Fallait-il ne rien faire du tout, et en rester là ?

 

Si ses compagnons serviteurs lui semblaient téméraires
En réalité, il était le rebelle, qui se croyant démuni,
S’opposait à l’appel du Maître, lui offrant de se prouver
Qu’il pouvait être à la mesure, de Celui qui l’avait missionné


Son talent sommé de se taire, le bien allait rejoindre
Qui éprouvait ses limites, pour les transcender…

 

Le talent perdu, le serviteur lui-même fut égaré,
Echouant à co-naitre du Ciel qui voulait l’éclairer,
Oubliant qu’un coup d’essai est coup de Maître
Et terre, paradis, quand on ose être sans soucis…


Contraint de vivre ventre à terre, loin du Maitre,
Comment apprendre ce qui révèle sa singularité ?!

 

Il était une foi(s) une parabole qui voulait trop en dire,
Ne laissant guère Prosper à la leçon du Maître réfléchir   
Ce dernier avait-il besoin d'amasser de nouveaux talents
Ou l’épreuve était-elle cadeau pour les lui donner… ?!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article