Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Carole Chanter la vie

Entre Savoir(s), Science et Crédo

Tu douteras jusqu’à ta mort, précipitée, par les manœuvres frauduleuses
De ceux qui, juges et parties, veulent dissimuler ou discréditer la vérité ;  
Ce doute n'est-il pas aussi celui de ton voisin, et point fort,
Pour qui cherche à distinguer, entre argent et or, couleurs et vrai,
Dans un climat qui se réchauffe, mais toujours plus délétère (délai-taire) ?

Tu douteras jusqu’à ta mort
Si, en Dieu, tu ne peux croire,
Préférant reléguer ton pouvoir à la science
Et à ceux qui la manipule sans scrupules.

Quels chiffres pour circonscrire le Réel, dont le marché ignore la Majesté… ?
Quel seuil, appelant le mot deuil, retenir,
Quand les Tables suggèrent qu’il n'y a guère de « péché mignon » ? 
Si l'alcool est aussi médicament et si « la dose fait poison »,
Comment s'y retrouver quand la com altère le bon sens, le produit, mes facultés,
Que l’on ne sait pas, faute de crédits recherche, et que tout ne se résume pas à quantité !

Tu douteras parce que loin de Dieu
Tu seras toi-même manipulé
Préférant ne rien savoir, pour n'avoir rien n'a changé
Préférant ne rien savoir de ce qui pourrait te sauver

Tu douteras parce que ce doute a semé l’espoir de continuer à vivre, Malgré 
(mal-gré) ; Parce qu’affronter le noir, est rendu trop difficile, sans une lumière à approcher, Mais tu douteras sans espérer,
Victime consentante d'un "monde qu'il faudra bien quitter",
Victime consentante parce que savoir est trop compliqué, 

Victime consentant à devenir son propre bourreau, dans un monde dessiné par ceux qui n'ont pas appris à aimer

Complot dénoncé par comploteurs,
Tu douteras parce que le cœur divisé
Déchiré et "contre", à défaut d'être "avec"

Ne sait choisir entre "peut-être" et le pire.

Comme « plastique » rime à la fois avec « hygiénique », « rhétorique » et « éthique »,
Le mal emprunte bien des chemins pour mettre à terre l’humain
Toutefois*, (toute-foi) aujourd’hui, je choisis la Vie !
Je ne pourrais peut-être, ce matin, l’apprécier qu’à petite dose,
Mais demain sera plus clément ; je crois que Dieu sait, même si je reste ignorant…

 

* Appel d’Heidelberg : « Nous exprimons la volonté de contribuer pleinement à la préservation de notre héritage commun la Terre. Toutefois… »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article